• Publié par Perceval Le Gallois - dans SEXO 

    Qu’est-ce qu’un cocu ?
    Le mot vient probablement de la pratique de l’oiseau (le coucou). La femelle quitte le nid
    pour etre engrossé par un autre male, avant de revenir à celui-ci pour élever le nouveau-né
    avec son compagnon.

    Traditionnellement un cocu est un objet de derision, lorsque l’on découvre que sa femme a
    trouvé son épanouissement dans le lit d’un autre homme, elle devient adulterine, et lui un
    cocu. Une citation dit qu’il a laissé sa queue entre les jambes d’un autre homme.


    Le dictionnaire définit le cocu comme un homme avec une femme « infidèle ».

    Dans le mode de vie alternatif, le cocu occupe une position quelque part entre cette definition traditionnelle et celle d’échangistes. La difference étant que le cocu est excite par l’infidélité de sa femme, dans le cas des échangistes les deux protagonistes sont impliqués, ce n’est pas le cas d’un cocu.

    Un cocu accepte pleinement l’infidélité de sa femme, et est sexuellement excité par ses
    actions. Il peut avoir des relations sexuelles normales avec elle, ou il peut avoir choisi d’etre complètement remplacé par l’amant.


    Pourquoi choisirait-on de devenir cocu ?

    Soumission
    Etre cocu est souvent un signe de soumission totale, avec l’élément supplémentaire que
    l’amant connaît le role du cocu. Les cocus peuvent prendre plaisir à servir leur femme, et
    parfois leur amant. Une personne qui souhaite expérimenter la soumission, apportera le petit déjeuner au lit, et s’il souhait e etre dominé par elle, s’entendre demander de les laisser seuls pour qu’ils puissent faire l’amour tranquillement, sera pour lui une source d’excitation. De plus la connaissance qu’elle peut faire ce qu’elle veut sexuellement, pendant qu’il est restreint par ce qu’elle approuve pour lui, est probablement le stade ultime de soumission, il offre sa vie sexuelle à sa Femme, alors qu’elle n’en fait pas autant pour lui.

    Humiliation.
    Pour moi l’humiliation est simplement du S&m mental. Pourquoi choisirait-on d’etre
    discipline et de trouver cela sexuellement excitant ? Si vous arrivez à le comprendre, vous
    pouvez comprendre que l’humiliation puisse etre une stimulation sexuelle. Et si un homme
    recherché l’humiliation, que peut -il y avoir de plus humiliant que voir, entendre ou apprendre que sa femme choisit un autre homme au lit ? Si l’expérience inclut la reconnaissance par l’épouse que son amant est mieux loti, ou un meilleur amant que son mari, l’humiliation est complète.


    Jalousie
    La jalousie est une motivation pour les cocus. C’est probablement la principale. Il a perdu la
    fidélité de sa femme, le corps de sa femme (temporairement ou non), son égalité comme
    partenaire sexuel, sa dignité, et tout ce qui est donné à l’autre. Personnellement lorsque je
    deviens jaloux, je me sens vraiement cocu et très excité.


    Voyeurisme
    Il n’y a guère d’occasions dans la vie de voir deux personnes dans des relations sexuelles.

      

    Rien ne peut égaler la réalité, alors inviter un autre homme dans le lit de sa femme, vous
    donnera indiscutablement une place au premier rang pour les festivités.


    Peur
    Un cocu explique son excitation par la dualité entre l’excitation et la peur. La peur est un
    puissant aphrodisiaque.

    De quoi a-ton peur ? Un cocu peut avoir peur d’etre humilié devant sa femme et son amant, il peut avoir peur de ne plus avoir le droit de jouir pendant une certaine période de temps. Il peut avoir peur des gémissements de plaisir de sa femme qu’il n’a jamais entendus auparavant. Ou il peut juste avoir peur de l’inconnu….


    L’inconnu.
    Beaucoup de cocus reconnaissent qu’ils ne savent pas ce qui les excite autant, mais pour la plupart, c’est un fantasme sexuel des plus puissants. J’ai dit à ma femme que je préfèrais cent fois la voir avec un amant au lit, plutot que d’avoir une relation avec n’importe quelle autre femme. Un cocu reçoit un message d’une autre « autorité » et sait que le ciel lui tombe sur la tete…. C’est un cocu……


    Pourquoi une femme choisirait-elle de faire son mari cocu ?
    La plupart des cocus décrivent des années et des années ou ils ont demandé à leur femme, de les tromper. La femme s’y oppose pour différentes raisons. D’abord cela va à l’encontre de la fidélité traditionnelle, et elle ne peut que penser que cela va ruiner leur couple. En second lieu, la femme pense souvent que c’est offrir l’opportunité au mari d’avoir une relation avec une autre femme. Enfin elles pensent ne pas etre suffisamment attirantes, et ne veulent pas risquer une déception. Finalement elles craignent le pire (avec de bonnes raisons)….

    Alors pourquoi des femmes disent-elles oui ? Certaines parce que leurs maris ne sont pas des amants satisfaisants. Je crois que la plupart commence pour satisfaire le désir brulant de leur mari d’essayer cela (les raisons changent après…). Si elles ont eu peu d’expériences avant le mariage, c’est l’occasion d’essayer, si elles en ont eu beaucoup, elles savent ce que c’est….

    Lorsqu’elles commencent à voir d’autres hommes, c’est une autre étape, et souvent pas la plus facile, pour cocufier son mari. Après tout, elle l’aime. Il est difficile de croire que son mari veut vraiment qu’elle ait envie de son amant, il est encore plus ardu de croire qu’il veut
    entendre ça de sa femme. D’ordinaire cela commence lentement. La femme raconte avec
    hésitations les plaisirs qu’elle ressent. Ele remarque ses réactions à ce qu’elle dit, et que plus explicite elle est, plus elle parle de son plaisir, plus son mari devient excité. Si son mari la voit au lit avec un autre, elle sera très héistante à afficher son plaisir, jusqu’à ce qu’il montre clairement que cela l’excite vraiment beaucoup.

    Alors pourquoi essayer ?
    Selon ma femme : « je peux faire le gateau, et le manger aussi… ».

    Qu’est -ce qu’il y a de mal pour une femme qui réalise que son mari fera tout ce qu’il peut
    pour etre sur qu’elle passe du bon temps avec son amant, et qu’il l’accueillera à bras ouverts.

    Imaginez sa surprise, et son délice lorsqu’elle s’apercevra que l’homme beau et intelligent
    qu’elle a rencontré, est excité par elle. Le voir « dur », le sentir excité lorsqu’elle se
    déshabille, lorsqu’il la touche, comme lorsqu’elle le touche, la ramènera tout droit à la fac,
    avec une compréhension d’adulte de ce qu’est le sexe. Des merveilles pour un ego féminin.


    Principaux themes de cocufiage

    Elle est plus grosse que la votre.
    La recherché porte sur un homme qui saura la remplir. Certaines trouvent un grand pénis
    inconfortable, mais si elle est remplie, le mari sera contraint d’avouer qu’il ne peut offrir ce
    que son amant lui offre. Dans notre société « plus grand est meilleur », c’est vraiment
    humiliant pour un homme de voir moins grand entre ses jambes qu’il ne voit dans l’homme
    entre les jambes de sa femme. Cet homme ressent une partie de votre femme que vous n’avez jamais connu. Alors asseyez-vous dans un coin, et écoutez-là jouir, avec ces zones que vous ne pouvez atteindre !

    Il est meilleur que toi.
    Pourquoi les femmes apprendraient-elles après 5, 10, 20 ans de mariage que le sexe est plus drole que ce que vous pensiez ! Pour le cocu, la honte est plus grande encore si l’amant l’a plus grosse que la votre…. S’il est meilleur, en particulier si elle est de la meme taille que la votre, alors la vérité est qu’il est un meilleur amant que vous.

    Ne me touche pas
    Il y a une très grande différence entre une femme « chaude » et une « cocufieuse ». Dans mon cas, 4 jours avant le rendez-vous je n’ai plus le droit de la toucher, ou meme de l voir nue, elle le garde pour lui. Dans les cas les plus extremes, la femme remplace le mari par l’amant sur une base permanente, son corps devient intouchable en permanence, dans ces cas de figure, le simple fait de voir la toison pubienne, ou les seins peut causer une éjaculation spontanée.

    Nettoie la maison pendant que je suis sorti.
    Si le mari accepte son infériorité sexuelle, il voudra le faire ressentir à sa femme de plusieurs manières. Il sera certainement parmi les maris les plus obéissants de la planète.

     Nettoyer la maison, servir, lui permettra de lui rappeler qu’il n’est pas très bon au lit. Ce sera l’une des rares fois ou vous verrez un homme faire le ménage avec une érection.


    Regarder ou attendre ?
    Qu’est -ce qui est le plus érotique ? Regarder votre femme au lit avec un autre, ou attendre à la maison, pendant qu’elle sort avec lui ? Généralement le cocu a peu à dire, sa femme sera probablement plus à l’aise avec l’une ou l’autre des solutions. C’est ce qu’elle choisira.

    Voir sa femme devant vous, etre remplie de passion et de plaisirs, coupe le souffle. Voir le
    vagin de votre femme pris par le pénis d’un autre, est une sensation incomparable. Et voir et entendre ses orgasmes, vous transporte.

    Le cerveau est souvent le plus puissant des organes sexuels, et il y aurait beaucoup à dire sur le cocu s’asseyant à la maison, et se masturbant en se demandant si sa femme et son amant sont en train de le faire maintenant (et maintenant, et maintenant…). Vous etes un amateur comparé à un cocu contraint d’attendre 6 heures le retour de sa femme.


    Tarte à la crème.
    Soumission ou humiliation ? lécher la semence d’un autre homme coulant de la chatte de
    votre femme est le n°1 au hit-parade. Pourquoi cela ? Je crois que c’est une combinaison des tabous masculins en un seul :

    - les hommes ne boivent pas leur sperme

    - les hommes sont supposés garder la chasteté et la pureté de leur femme

    - éjaculer dans une femme est un fort symbole de possession, et voir la semence d’un
    autre dans l’endroit le plus privé et le plus intime de votre femme, est la preuve
    indubitable que vous n’etes pas le seul….

    - S’il existe un signe démontrant son infidélité, c’est celui -ci, la semence débordant et
    coulant de son vagin, lorsque vous savez que vous n’avez pu le faire.

    - La seule façon d’avoir de la semence dans votre femme, c’est qu’elle l’a amené à
    l’éjaculation. Cela signifie, non seulement elle vous a fait cocu, mais en plus elle l’a
    fait bien…..

    - Le sperme n’a pas bon gout, le lécher, particulièrement s’il y en a beaucoup, est très
    difficile, et accroit l’humiliation que votre femme vous a fait subir

    - Si vous devez le faire devant l’amant, pendant que votre femme, le caresse ou
    l’embrasse, votre place sera parfaitement claire…..

    Pour toutes ces raisons, la plupart des cocus trouvent les tartes à la crème parmi les fantasmes les plus puissants, et les expériences les plus érotiques.


    Ecueuils.
    Tout d’abord le couple doit avoir une relation positive et ouverte. Vous allez jouer pour de
    vrai, vous devez vous aimer vraiment, avoir confiance, comprendre, et etre honnete.

    Le sexe est puissant, c’est pour quoi les publicitaires l’utilisent. Vous ne pouvez demander à votre femme d’avoir une relation sexuelle avec quelqu’un sans qu’elle développe des
    sentiments pour lui. Le cocufiage, est souvent plus dangereux à cet égard, qu’une femme
    « chaude » parce que le dernier fantasme d’un cocu est que sa femme aime son amant plus que lui. Alors étape par étape. Quelles sont nos limites ? Si vous vous aimez l’un l’autre, et que vous faites cela pour trouver une nouvelle expérience alors vous serez étonné de la manière dont l’autre l’appréhende, et en discernant la dernière marche de l’autre coté des limites. Si vous dites à votre mari que vous allez rencontrer un homme pour la première fois, ou que vous allez faire une croisière avec lui, le sexe de votre mari vous dira s’il s’agit d’une très bonne idée, ou si vous allez trop vite.

    Un amant ne s’en va pas comme en éteignant la lumière, il est réel, sa présence dans vos vies, aussi. L’humiliation est réelle, elle ne s’arrete pas après avoir baisé trois fois. Vous pouvez cesser, mais vous ne pouvez pas défaire ce qui a été fait. Si votre mari ne peut vivre avec cette idée pour toujours, ne commencez pas.

    Ma femme a le pouvoir de veto sur n’importe quoi, n’importe quand, cela lui laisse la liberté
    de tester ses limites. Tout ce qu’elle ne désire pas je ne le désire pas. Elle a compris que cela ne me déçoit pas, ce n’est pas dans mon fantasme si elle n’apprécie pas.

    Soyez vrai. Parlez beaucoup avant de rencontrer quelqu’un. Sur internet commencez par le
    chat, poursuivez sur messenger, ou yahoo, puis parlez au téléphone. Re,ncontrez-vous une première fois lors d’un diner avec la certitude que rien d’autre n’arrivera que ce diner.

    Cela donne une chance à chacun de se rencontrer et de parler face à face et donne à la femme une chance de savoir si elle veut partager son lit avec un autre homme. Ce diner donne une chance pour elle de savoir si elle veut dire oui, ou non, sans sentir son souffle dans son cou.

    Soyez prudent. Cocus, et cocufieuses sont des gens comme vous et moi, avec des vies, des enfants, des métiers. Utilisez des pseudonymes, et des pseudos faux, jusqu’à ce que vous connaissiez l’autre très bien. Hotmail, yahoo, offre des emails anonymes……


    Citations de cocus.
    “Etre cocu ne ressemble pas à ce don’t d’autres hommes ser aient fiers.”

    « Il est quelquefois difficile pour mon mari d’etre agréable avec l’homme avec qui je
    couche. »

    « Il n’y a rien qui résonne comme ma femme lorsqu’elle est au lit avec son amant. »


    Conclusion

    Amusez-vous bien !


    votre commentaire
  • Et là je ce compris tout d’un coup... Son membre fit ses premiers pas en moi, le gland d’abord se présenta frottant son mufle sur mes lèvres remontant sur mon clito, ce préliminaire tout en conscience de l’ampleur du sujet, me retournait la tête faisant frissonner tout mon corps avide, à l’attente affolée de la pénétration.

    J’écartais plus les cuisses encore, par réflexe idiot, comme s’il fallait vraiment ouvrir tout à fait le passage, encourageant ainsi le fabuleux partenaire à se joindre enfin.

    J’allais connaître une vraie pénétration avec un phallus de mâle Alpha et pas la petite nouille habituelle que me servait mon mari depuis huit ans.

    Le gland entra.... Waouh déjà je sens mes lèvres l'enserrées, s'ouvrir comme une fleur, ce contact massif cette chaleur, ma voie mouillée l’absorbe, mais tout mon corps frémi à la sensation de dilatation, il avance et là c'est incroyable, je le sens m'ouvrir un éclair de douleur me traverse, comme si je perdais à nouveau ma virginité, puis la sensation indescriptible comme une lumière croissant sans cesse.

    Il avance encore un peu,

    Je ne peux m'empêcher de regarder, je vois cette masse connectée à moi glisser en subtiles aller-retour, oh mon Dieu que c'est trivial, mon clito aussi explose dans un orgasme immédiat, je m'aperçois qu'il est stimulé par l'élargissement de mon vagin de l'intérieur, je suis complètement dilatée.

     

    C'est effectivement autre chose .... Il commence ses va et vient et pénètre plus avant, je suis en feu, mes contractions pour l'enserrer sont bloquées inversée, j'ai l'impression de m'ouvrir sans cesse, comme une chute en avant que je ne maitrise pas; c'est lui qui maitrise qui me prend , je comprend enfin ce qu'est de posséder, d'être possédé, dépendante, envahie, je capitule , j'ondule sur se va et vient, le chibre s'enfonce maintenant au trois quart, je ne pensais pas pouvoir absorber une telle chose, un orgasme violent monte , je ne bouge plus pour le savourer, il me transperce,  des éclairs partent électriser ma colonne vertébrale, mes yeux se révulsent, mon âme bascule, et bascule encore. Des vagues de plaisir roulent sur moi sans cesse, se clament un peu, 

    Soudain autre chose il touche en haut... oh jamais j'ai eu ca, le fond du vagin, et le col de l'utérus est atteint touché, titillé, repoussé à chaque pénétration, ca n'a jamais été aussi fort, mon vagin s'étire sur le pénis, me procurant un bien être incroyable. 

    L'orgasme revient différent en vagues presque constante chaque fois qu'il vient au fond, je suis en transe, lui aussi, il me pilonne maintenant allègrement. 

    Je n'avais jamais connue cela; le pénis de mon mari n'ouvrait pas ces voies là, n'allait pas dans ces tréfonds et ne pouvait révéler ces sensations cachées, je suis enfin femme, cet homme me fait enfin femme...complète, on ne joue plus là.

    Enfin sa jouissance à lui, j'ai la sensation de sentir ses jets de sperme, je suis agitée de soubresauts incontrôlables, il se retire, je me calme ... l'air frais entre un peu dans mon vagin dilaté, mon corps reprend sa place doucement, perlé de sueur, je le sens encore en moi alors qu'il n'est plus là, le sperme s'écoule de moi repoussé par les chairs qui reprennent leur place.

    Je suis toute bouleversée et je pleure, pas de joie, pas de peine, mais de sensations.

    Je ne peux m'empêcher de regarder le pénis de l'homme trempé de nos ébats, magnifique majestueux et fier, comme une bête enfin apaisée.

    Et je repense à toutes ces années ou mon mari m'a fait son cinéma de petit mâle s'agitant en moi pour pas grand chose, des demi-orgasme incomplets mais je ne savais pas que cela pouvait être autrement...

     

    Et je souris intérieurement en me disant que celle qui disent que ce n'est pas la taille qui compte, c'est qu'elles n'ont sans doute jamais connu cela...

     


    votre commentaire
  • Alpha, Beta, Omega c’est les trois catégories qui classe les hommes d’aujourd’hui, les Alphas seront nos amants et nos géniteurs, les betas et omegas pourraient être nos petits maris…

     

     

    La taille de son penis (en érection)

     

    13 et moins                           8 points

     

    14 à 16                                  2 points

     

    17 et "oh my God" !              0 point

     

     

    Son temps de coît

     

    Moins de cinq minutes          8 points

     

    De cinq à quinze minutes      2 points          

     

    De 15mn  à j’en peux plus     0 point

     

     

    Fellation

     

    Vous impose-t-il des fellations systématiques       0 point

     

    De temps en temps                                                 2 points

     

    C’est quand je veux bien                                        4 points

     

     

    Cuninilingus

     

    Il le fait tout le temps et parfois après        4 points

     

    Il le fait pour me faire plaisir                      2 points

     

    Je sens que ce n'est pas ce qu'il préfère           0 point

     

     

    Position

     

    J'ai fait avec lui tout le Kamasoutra            0 point

     

    Trop souvent le missionnaire                      2 points

     

    Il préfère quand je suis dessus                     4 points

     

     

    Son cul

     

    Je ne l'ai jamais doigté                                                 0 point

     

    Il aime de temps en temps que je m'égare par là         2 points

     

    Il a une vraie chatte ici                                                 4 points

     

     

    Des coups

     

    Il adore me claquer les fesses et les seins                                 0 point

     

    Mutel échange de souffrance bien placées au bon moment     2 points

     

    C'est moi qui le pince fort à la fin, il pleurniche des fois          4 points         

     

     

    Des mots

     

    Il me traite de tout les noms                                                      0 point

     

    Un petit "salope" de temps en temps                                         2 points

     

    Toujours respectueux, il s'excuse quand il s'égare                      4 points

     

     

    0 à 15 point - C'est un mâle Alpha, bravo mais qu'est ce que vous faites ici ?

     

    16 à 22  - C'est un Mâle plutôt Omega et changeant à vous de faire pencher la balance alors vers ce que vous avez envie qu'il soit.

     

    23 à 30  - Pas terrible au lit pas de chance,  prenez vite un amant et alors dressez-moi tout ca pour qu'il vous serve à quelque chose au moins !

     

    31 à 40  - Une vraie flotte au lit, un sous homme, ma pauvre ! mais tout les feux sont au vert pour en faire votre soubrette !

     

    Faites le test, donnez-nous le résultat et vos commentaires !


    3 commentaires
  • -Tu me disais que c’était pas terrible au lit ?

    Ecoutes c’est vrai, quand il me pénètre je ne sens rien, un vague frottement, qui ne m’amène pas du tout à l’orgasme, il s’agite sur moi et je fini par le regarder, à sortir du jeux, à m’ennuyer en attendant qu’il finisse. Heureusement il dure pas longtemps.

    _ oh ma pauvre, c’est pas vrai, un si beau mec,

    Oui, il est beau, je l’aime et tout et tout, mais il est vraiment tout petit entre les jambes, et là c’est un vrai problème.

    Alors je le pousse a me finir après en me léchant, il descend quand il a finit, et il me lèche jusqu'à l’orgasme,

    -il ne rechigne pas ? ,Parce qu’il va boire son … tu vois ce que je veux dire ?

    Ben écoutes, il n’a pas le choix et je crois que ca lui plait finalement,

    -Mais il fait quelle taille exactement ?

    J’ai pas pris mon mètre figure toi hi hi … mais et bien,  en érection quand je le prend dans mon poing le gland dépasse à peine, ca fait quoi dix centimètres. ?

    - Ah houai… dur dur, et la largeur ?

    Je sais pas mais pas bien épais en tous les cas, mon ex était  deux fois plus gros, presque, je le prenais à deux mains tu te rend compte ? Et surtout bien large et endurant, c’est trop con la vie…

    - C’est surtout que tu as été gâtée ma chérie avant et que tu sais ce que c’est que de se faire prendre,

    Oui, là, tu vois, quand on a fini, c‘est comme si je m’étais masturbée, j’ai jouie grâce à sa langue, mais j’ai encore faim , il me manque la sensation de pleinement avoir été prise, assez longtemps, ouverte, puis l’explosion vaginale qui te met par terre…

    Tu aurais du regarder ses doigts, je suis sur que son index doit être plus long que son annulaire…

    C’est vrai ? je savais pas que c’est un indicateur, mais enfin tu vois, je tombe amoureuse du mecs « plus petit » , il aurait pu être juste normal..

    - Oui, mais il est gentil, bonne famille aisée, peut-être même un peu soumis à toi, c’est ca que tu aime aussi…

    Oui mais il me faut un vrai mec au lit ,

    - Si tu le garde il te faudra des amants..

    Oui ; là même maintenant, tout de suite, il m’en faudrait un, hi hi..

    - Tu sais,  c’est plus facile de se faire sauter par un gros chibre d’un coureur que d’avoir un bon gentil à la maison, au moins, il ne te trompera pas et avec un peu de tactique tu vas te le mettre à ta botte, chérie, et vivre comme une princesse.

    Tu as raison , je crois vraiment que c’est pas un vrai mec au fond…

    - Commence doucement par le culpabilisé, progressivement, lui faire remarquer qu’il assure pas que son pénis est vraiment petit.. que tu as connu que des plus gros,

    Ah oui alors tu as raison, faut que je le casse de ce coté là.

    - Que ton vagin est habitué à plus grand maintenant et que ça ne reviendra jamais en arrière…

    Ah t’es drôle... hi hi

    - Oui comme cela il va bien s’enfermé dans cette idée, c’est facile ensuite, tu le laisses à peine te prendre à cause de sa petitesse et tu lui fait toujours lécher ta chatte, ca c’est bien, il faut qu’il serve ton plaisir comme un bon toutou,

    Oui comme cela il n’aura plus que moi dans sa tête à pouvoir accepter sa petite différence

    - Oui il va s’accrocher à toi ma chérie, il se sentira tellement minable, tu devrais regarder du porno avec lui avec que des films genre « interracial » tu vois avec des black énormes, tu le branles devant, en lui vantant ces gros pénis, il ne s’imaginera jamais plus en concurrent et il acceptera que tu ailles voir ailleurs, il t’encouragera même.

    Oh tu est vraiment cruelle,

    - Mais tu sais ce genre de mec c’est le genre « cuckold », au lit, si tu fait bien les choses tu pourrais même lui faire aimer la bite, tu lui flatte l’anus tu lui mets un doigt deux doigts, tu verra il bandera encore plus, c’est sur, tu fais sortir  son coté femelle puisque la nature n’a pas développé son coté homme.

    Oui j’ai déjà vu qu’il aime bien m’avoir dessus, et quand je passe à cet endroit il frisonne comme une fille,

    - Oui c’est sur, c’est forcement un sous homme hétéro, une lopette refoulée, tu peux pas être un vrai mâle avec des attributs pareils.

    Oui, je crois que vraiment c’est possible maintenant que tu me le dis, je vois bien le truc, je le rends hyper féminin, doucement, j’en fait ma petite soubrette

    - Oui tu développe son coté caché, il ne demande que cela je suis sur…tu pourrais même l’hormoner le rendre accroc à la bite et le faire prendre par tes amants. Et là il sera à ta botte.

    Oh mon Dieu, tu me fait mouiller là..

    - Comme cela tu aura une lopette à la maison à ton service, fidèle, un parfait mari en société, et t’ira voir de vrais mecs pour te prendre, la vie parfaite ! Et tes enfants, tu te les fait faire par tes amants, il les élèvera dans son argent et ils n’auront pas sa tare entre les jambes.


    votre commentaire
  • Ma femme et mon petit zizi (Par Lailatvx)

    La nature est cruelle et dément l’idée selon laquelle tous les hommes naissent égaux.

    Depuis l’école maternelle, Nadia avait décidé que j’étais son amoureux. Un jour, elle précisa que je serais son mari. Quand arrivèrent nos vingt ans, Nadia décida que je devais l’épouser. De ce jour, elle m’accorda le droit de l’embrasser sur la bouche. Nous connûmes les joies de la découverte du vrai baiser. Mais pour obtenir plus, je dus me résoudre à demander officiellement sa main à son père. Ce n’était qu’une formalité, le brave père, plus ému que surpris, s’amusa à me faire décliner toutes les raisons qui inspiraient une telle démarche. Outre l’ancienneté de notre relation, je vantais la beauté de l’élue, son charme naturel et l’amour qu’elle me portait depuis toujours. 
    -C’est tout? As-tu vu son corps, sais-tu si vos corps se compléteront, si vous vous accorderez au lit?
    -A vrai dire, ce sont des choses à découvrir quand nous vivrons en couple. Jusqu’à présent, Nadia a farouchement défendu sa vertu; en dehors de son visage et de ses membres, je ne connais pas son corps. Cependant, elle semble faite comme toutes les jeunes filles de son âge. 
    -Bien, sois mon fils et épouse ma fille !

    Nous étions donc fiancés. Elle voulut bien découvrir sa poitrine devant moi. Je fus ébloui à la vue de ces deux globes délicats couronnés par une minuscule framboise. Elle m’accorda une caresse et je reçus prière de déposer sur le timide fruit rouge un baiser. Avec dévotion, mes lèvres se refermèrent sur ce bouton exquis, le roulèrent et ma langue le tutoya assez pour le sentir grossir et durcir. La deuxième framboise eut la même réaction à la même sollicitation. Nadia caressa mes cheveux, me remercia. Son visage avait rougi, sa respiration s’était accélérée, mais tout naturellement, ses mains rangèrent ses délicats ornements dans son corsage. Si je m’étais montré attentif à ses désirs, bien gentil comme elle aimait le reconnaître, quand nous étions seuls, je recevais en récompense le droit d’honorer ses seins, de les découvrir, de les baiser et même de les sucer comme le ferait plus tard notre bébé. 

    Le mariage eut lieu. La petite taille de mon zizi, pendant la nuit de noces, étonna à peine l’épouse qui l’attribua à la fatigue et au stress dû à l’événement, aux nombreux toasts, au brouhaha de la fête. La nuit suivante, je fus plus vaillant et mon membre, sur commande manuelle étonnamment adroite de l’épouse, devint raide et dur, Nadia prit la pose, couchée sur le dos, jambes ouvertes, mains appliquées à me présenter son adorable sexe, vierge comme je dus le constater de visu. Où donc avait-elle acquis cette dextérité manuelle capable de dégeler mon oiseau? Elle était très fière d’avoir su se conserver intacte pour moi. Mais est-ce inné pour une femme de prendre la pose pour accueillir son mari? Elle m’invita fort gentiment à la rendre femme. Je pris le temps d’observer attentivement cet entrejambe enfin révélé, le contraste entre les grandes lèvres et les nymphes aux chairs si différentes. Nadia désigna en haut de sa fente une pointe minuscule, cachée et nomma son clitoris. Un homme tendre et aimant se devait d’y déposer un baiser, comme sur les tétons.
    Avec application, je donnai des soins doux et humides à ce petit pois de chair. Je le suçai tendrement au point que ma jeune vierge manifesta par petits gémissements et sursauts de son bassin tout le plaisir qu’elle tirait de mes attentions et me signifia l’urgence de passer à l’acte. Le visage mouillé par ce contact, la bouche étonnée de l’étrange saveur de ce clitoris et de ses environs, à la demande de la mariée, je m’allongeai dans le berceau de ses cuisses, je dirigeai mon zizi tendu vers l’obstacle à franchir, plein d’appréhension mais aussi de bonne volonté. J’appuyai comme Nadia le voulait et fus en elle beaucoup plus facilement et rapidement qu’elle ne l’avait prévu. Sa mère l’avait instruite, mise en garde contre de possibles difficultés et des douleurs désagréables, habituelles mais nécessaires lors d’un dépucelage. Elle s’attendait au pire, elle n’eut que le meilleur.
    L’avantage d’un petit pénis est de pouvoir entrer en évitant les gros dégâts. Dernier témoin de sa virginité, son sang macula nos sexes, un tour rapide en salle de bain remit les choses en ordre. Nadia me lava entre ses mains avec tendresse mais tiqua quand elle comprit pourquoi je m‘étais introduit de façon quasi indolore. Je la repris et, selon ses indications précises, je fus actif, je me fis le plaisir de la conduire vers une jouissance qu’elle sut traduire en râles et plaintes d’amour. Ce qui prouve qu’une petite bite bien raide peut être aussi efficace, sinon plus qu’une grande paresseuse. J’en éprouvai un sentiment de légitime fierté. Il est vrai que la partie la mieux innervée du vagin se situe autour des sept ou huit premiers centimètres selon ce que j’en ai lu depuis. Moins instruit à l’époque, je fus un époux comblé d’avoir, dès la première fois, fait jouir la femme qui m’avait choisi. Et cette nuit, ses baisers devinrent mille fois plus savoureux que les baisers de fiançailles.
    Mon bonheur venait du plaisir que je lui donnai, elle se disait heureuse de me faire jouir.

    Les années passèrent ainsi; Un jour, je pus dire à mon beau-père que nos corps se complétaient et que nous tirions l’un de l’autre, physiquement et psychiquement, entière satisfaction. Il n’avait pas à s’inquiéter.
    Cependant, Nadia me regardait parfois avec un air étrange. Elle fixait ma verge, la prenait en main, la caressait, lui donnait des bisous puis me demandait de la prendre et de lui faire connaître l’orgasme. Après les secousses de la jouissance, elle semblait comblée, ravie, mais comme étonnée. Et dans l’euphorie d’une nuit où elle avait fait quelques allers-retours au septième ciel, elle dévoila enfin la cause de son étonnement. Par des recherches, par des lectures, par des confidences, par l’écoute de certaines conversations, elle avait appris que la taille moyenne d’un pénis était d’environ 13 à 16 centimètres. Elle tenait le mien entre ses doigts, embarrassée par mon regard qui surveillait sa façon de me mesurer sans en avoir l’air. Elle n’osait pas le dire mais elle semblait déçue de n’avoir en main qu’un morceau de huit centimètres, même bandé. J’avais de bonnes raisons de me croire efficace, ne venait-elle pas de clamer à plusieurs reprises sa jouissance. Pour avoir reçu les mêmes informations, je me savais doté d’un instrument de petite taille. Plus jeune, j’avais développé un complexe à cause de mon petit zizi. L’amour de Nadia et nos unions charnelles réussies, le plaisir qu’elle prétendait éprouver m’avait rassuré. 
    - Chéri, il paraît que certains chanceux ont des pénis de grande taille, de plus de 20 et parfois de 30 centimètres. Tu te rends compte? Il paraît aussi qu’il y a des maris qui acceptent d’être cocus afin que leurs épouses ne restent pas frustrées et qu’elles puissent profiter de ces pénis de grande taille !

    Ce disant, elle considérait avec pitié ou commisération l’objet de sa déception soudaine, cette petite queue, certes ferme et de diamètre acceptable, mais peu présentable dans un concours. Jamais elle ne pourrait se vanter auprès de ses collègues de posséder un spécimen exceptionnel. Elle écouterait les autres détailler longueur, diamètre, forme, énergie: mon truc n’intéresserait aucune de ces femmes comblées par un pieu, un gourdin ou une massue, un manche énorme, une tige de fer brûlante, longue, nerveuse, une lance à incendie au débit de sperme phénoménal. Ses propos suffisaient à traduire sa déception. Il y avait des « chanceux » à grandes et grosses queues pour les autres et il y avait ma nouille de pas chanceux et, peut-être un jour, de mari cocu. Pour la consoler, je plaidai:
    -Ma chérie, n’as-tu pas joui ce soir avec mon zizi de petite taille?
    De bonne foi, elle protesta:
    -Mais si, mon amour, mais tu imagines ce que cela serait si tu avais un zob de 20 ou 25 centimètres par exemple? J’aimerais bien essayer ce genre de bites mais je n’ose même pas y penser ! Mon amour, imagine seulement, mais c’est juste un fantasme, notre fantasme, notre secret ! Imagine que je me fais prendre devant toi par une très grosse bite pendant que toi, tu masturbes ton clitoris ! Imagine notre plaisir à deux ! Moi, une épouse comblée par ses amants et toi, un mari cocu mais heureux ! 

    Au contraire, elle ne pensait qu’à ça, elle devait passer beaucoup de temps à imaginer. Et maintenant, son silence couvrait une des rêveries qui la livraient aux assauts furieux, houleux, ravageurs, extraordinaires, si délicieux et bienfaisants d’un rouleau de chair surdimensionné en train de lui labourer le ventre, de lui défoncer le vagin et de la faire hurler d’un bonheur que ma petite dimension ne pouvait pas lui faire connaître. Assurément « un chanceux » aurait fait mieux que moi et Nadia était dépitée de ne pas goûter aux béatitudes extraordinaires d’une queue longue, large, épaisse, chaude. « Tu imagines ce que cela serait »: cette petite phrase a ressuscité mes complexes d’adolescent, je me suis senti si petit, si insignifiant, si nul. Elle imaginait, elle comparait, elle devait avoir des regrets. Elle regrettait de ne pas avoir su plus tôt, de ne pas avoir pris des dimensions plus tôt, de ne pas avoir essayé avant de s’engager avec un « sous dimensionné ». Trop petit, plus petit que… Si petit et donc frustrant…Epoux cocufié à cause de son petit zizi : nécessairement ma taille la privait des explosions charnelles extrêmes dont d’autres plus chanceuses se vantaient en roucoulant. Tout petit, ridiculement petit, honteusement petit, donc impossible à placer dans une conversation avec les copines. L’idée d’être un mari cocu commençait à faire son chemin dans ma tête ! L’idée de partager avec elle les grosses bites de ses amants m’excitait au plus haut point ! Je m’imaginais déjà un mari travesti, un époux hermaphrodite, avec un clito et un vagin ! Je me masturbais souvent sur les sites candaulistes.
    Mais ma queue était pour elle, malgré tout, un sujet de conversation: je l’entendis ce jour-là dans une conversation dans ma chambre à coucher. J’ai oublié pourquoi ce jour je rentrai plus tôt que d’habitude. Curieusement, Nadia m’avait précédé à la maison. Les bruits venus de ma chambre étaient éloquents. Disons plutôt la conversation que je surpris. En réalité, c’étaient des exclamations :
    -Oh ! Est-ce possible. Quelle belle bite ! Longue, dure, épaisse. Est-ce possible ? Je peux encore toucher ?
    -Elle te plaît ? Tu vois, ce n’est pas du toc. Touche, serre, c’est du vrai, du solide, à ton service ma chère !
    - Elle est splendide, magnifique. Elle va encore grandir si je te masturbe ?… Mais oui ! Formidable, combien de centimètres en tout m’as-tu dit ?
    - Vingt-deux ! Du matériel de première qualité ! 
    - Ah! Tu es sûr, pas plus? J’aurais cru… Il faut que je prenne mon mètre de couturière. Vingt-deux seulement ? Il paraît que d’autres sont plus longues.
    - Attends que je te la mette, on verra si tu es capable de l’avaler. Tu as déjà tellement de mal à en prendre un bout dans la bouche. Gare à ta cramouille, tu vas souffrir ! Si je comprends bien, c’est ta première grosse queue. Il faudra de la vaseline, ma chère. Goûte, suce bien, oui, profite. Et ton mari cocu ?
    - Oh! Ne m’en parle pas, il en a une petite, ridicule que je ne sens même pas. Si j’avais su! Mais ne t’en fais pas, j’en ferai non seulement un mari cocu volontaire mais aussi un époux soumis !
    - Quoi, tu n’avais pas déballé sa marchandise avant de l’acheter ? Tu n’avais pas pris son paquet en main, même pas ? Je te plains. Si petite ? Tu blagues ! Pauvre fille, tu ne sais donc pas ce qu’est un véritable orgasme ! Est-il capable de te faire jouir vraiment ? 
    -A vrai dire, je ne sais plus. Je croyais, mais la vue de ce magnifique jouet me laisse penser que je passe habituellement à côté des véritables joies de la chair.
    - Ne t’inquiète pas, nous allons réparer cette erreur. Tourne-toi, présente ta moule, ouvre bien avec tes mains, lève les jambes. Tu es belle, presque aussi neuve qu’une pucelle. Tu me fais un cadeau sublime. Tu sens mon nœud contre ton con ? Tu es prête ? Attention, ça vient, un, deux... Puis un long gémissement de femme envahi la maison

    Quand même, je ne pouvais pas laisser faire, et tout cas ne pas assister comme cela a ca, je voulais lui révéler ma présence.
    - Nadia Chérie, coucou, tu es là ? Ta voiture est dehors. Veux-tu que je la rentre au garage ?
    - Ah!!! Oui mon amour, ce serait bien gentil…Oh !!! Oui !!! Encore !!! Plus fort !!! Oui, au garage, tout dans mon garage !!!

    Sa voix était hachée. Prise, elle se pâmait, envahie par l’impressionnant engin.

    Je prenais mon temps, mon asticot bandant à mort,  je mettais la voiture au garage et restait un moment au volant en me masturbant à mort en pensant à la vulve de nadia enfin dilatée.Je revient une bonne demie heure après, tout était rentré dans l’ordre. Ma petite femme, un peu trop rouge et essoufflée, dégageait une odeur de transpiration, mais faisait son possible pour paraître naturelle.

    - Chéri, voudrais-tu m’aider à tirer le lit, je n’en ai pas eu le temps ce matin.
    - C’est quoi ce slip à côté du lit ? Hou lala ! C’est du XXL. Comment a-t-il atterri à ma place ? Ce n’est pas à moi. Pas possible, beaucoup trop grand pour ma petite queue ridicule, hein? Regarde Nadia, c’est fait pour un pénis de plus de vingt centimètres. Ca ne sort pas de mon imagination. Berk ! Il est poisseux. Quelqu’un t’en aurait fait cadeau ? 
    Nadia me regarde, interdite, muette, encore plus rouge.
    -C’est peut-être le type qui s’est sauvé pendant que je rentrais ta voiture qui l’aura oublié dans sa hâte de foutre le camp ?
    -Quoi ? Que dis-tu ? Quel type ? Euh…!
    -Tu devais vérifier qu’il faisait seulement vingt-deux centimètres.
    - Ah! Oui. …Tu te souviens, je t’en avais parlé. Par curiosité, je voulais savoir, alors, j’ai invité l’ami d’une collègue à me laisser examiner son pénis. C’est ce que tu as dû entendre. Mais ce n’est pas ce que tu crois, mon amour. Oh ! Tu as cru… ? Non, juste pour voir si ça existe, rien d’autre, crois-moi. Mais quand je l’ai vu, j’avoue honnêtement, j’ai ressenti une chaleur incroyable dans tout mon corps. Terrible tu sais. Heureusement, je t’aime trop fort pour me laisser trop impressionner. Non, ne crois pas… mais vraiment, la vue de son monstre m’a…

    Tiens, tu devrais profiter toi aussi de sa bite ! Imagine, mon amour, que tu tiens ce gros zob entre tes mains, que tu le sens palpiter, grandir petit à petit comme un bébé ! Imagine que tu lèches ce monstre, que tu le suces et que tu me l’offres après !
    - Ton amie sait que ce monsieur te faisait une démonstration à domicile ? Elle est d’accord ? Je la connais ?
    - Non, c’est une nouvelle.
    - Et le démonstrateur, tu le connais?
    - Forcément, tu en as de bonnes, toi, mon amour!
    - Sais-tu où il habite ? 
    - Oui, bien sûr, je ne demanderais pas une chose pareille à un inconnu.
    - Dans ce cas, tu prends son slip, attention il est humide… tu prends tes affaires et tu vas chez lui vérifier combien de centimètres de sa queue tu es capable de recevoir dans ton sexe. Essaie-le, compare et reste chez lui un bout de temps. Mais vingt-deux centimètres, c’est loin du record ! Il y a mieux ! Cherche bien ! Ici, tu ne trouveras que mon petit zizi.

     

    - Merci chéri comme tu es compréhensif, mais c'est normal après tout , tu m'as arnaqué pendant des années avec ton sous membre d'homme ! Tu veux vraiment être cocu alors ?

    - Oui Nadia je le veux je te le dois bien,

    - Mais je veux plus je te veux soumis à moi en paiement de ton infâme nature

    - Oui, je suis prêt à être ton mari cocu, soumis si tu le veux,

    - Je dois rattraper tout ce temps perdu au lit avec toi,

    Elle devait avoir prévu un prochain départ. Elle est partie heureuse de quitter ma petite queue ridicule pour aller mesurer les plus grandes.

    Je lui ai conseillé de ne pas oublier son mètre ruban. Elle est partie deux semaines. Elle aurait changé plusieurs fois de compagnon.
    Elle en change encore aujourd’hui car je suis devenu son mari cocu volontaire, son époux soumis.

    je partage avec elle ses amants très bien membrés, elle me travesti quand ils sont là pour m'humilier et me faire payer mes "kilomètres de dette" comme elle dit !

    - Tu vas en prendre dans le cul autant qu'il m'en a manqué pendant toutes ces années.

    Elle a fait le calcul, 5 ans avec tous les jours 12 cm de queue en moins; Je lui dois 18Km de manque à pénétrer, qu'elle s'applique à me faire prendre par le cul par ses amants.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires