• Si vous êtes ici c'est que vous êtes un homme qui a une forte propension à être soumis, dans cette  perversion vous voulez votre déchéance sexuelle et ses conséquences humiliation, frustration, avilissement, et c'est dans celles-ci que vous prenez votre plaisir psychique. 

    Devenir évacuateur précoce est le défi ultime et parfait pour faire de vous un sous homme, avec ou non une petite bite, c'est le statut le plus frustrant pour un homme de ne pas pouvoir faire jouir une femme définitivement et le savoir. 

    Il est jouissif de se dire que l’on n’est plus jamais à la hauteur, que vous êtes modifiés, programmés pour être un sous homme. 

    Développer votre précocité est une formidable opportunité pour pousser votre femme à vous tromper, un vrai motif naturel et presque invisible pour elle, si vous envisagez de le faire dans son dos. 

    Vous pouvez aussi Madame développer cette technique auprès d'un mari infidèle pour le dompter définitivement le casser et le rendre impropre à la fréquentation des femmes, ou tout simplement développer cette technique sur votre homme qui à déjà des tendances EJP et que vous voulez tromper en toute bonne cause. Mais aussi bien sur l'appliquer à votre homme qui a déjà fait allégeance à votre domination naturelle, ou qui en meurt d'envie. 

    Il faut appliquer la méthode de la réduction du temps, indiquer ici methode-pour-devenir-ejaculateur-precoce 

     

    Un cercle vicieux ... 

    L'homme on doit se le dire, aime jouer au mal dominant !!  Et c'est vrai que savoir se contrôler est la base d'un homme au lit, attendre pour jouir que sa femme ai eu au moins un orgasme pour au mieux jouir ensemble, voir attendre encore plus longtemps pour montrer sa domination. Certain on un naturel contrôlé, mais la majorité a du travailler sur le sujet, pour durer,  pas mal d'années à savoir se connaître et contrôler son excitation pour pas éjaculer en quelques minutes. 

    Tout sera perdu en 8 ou 15 jours ..... 

    Si vous arrivez à l'imposez sous le prétexte d'un jeux sexuel à votre mâle, il va tomber de haut ! Il va se rendre compte qu'il est devenu un éjaculateur précoce ... Et qu'il arrive plus à donner un orgasme avec son pénis !! C'est terrible comme situation, il sera déstabilisé et plus il va y penser, moins il y arrivera à se retenir ...
    Oui, la technique de la branlette l'arche en diminuant le temps, marche bien, trop bien, si c'est bien fait. 

    Je vous conseil de l'exciter au max au début avant et pendant sa masturbation. En moins de 10 jours, vous aurez le plaisir de constater qu'il éjaculera même avant d'avoir eu une vrai érections ... Juste l'excitation fait venir l'éjaculation .
    Et un jour demandez lui de vous faire jouir avec son pénis sinon il sera fermée à vie en cage de chasteté !!
    Ha mon avis il va éjaculer à peine rentrer ... Et moquez vous de lui devant lui !!Voir en public comme quoi il ne peut même pas faire l'amour à une femme sans qu'il éjacule à peine le seuil franchi... Comme un adolescent fébrile.
    Et si il a pas un pénis d'au moins 16 cm moquez vous de lui sur sa taille ! Pour ajouter au complexe.
    Il perdra confiance en lui total !! Là, il sera coincé il ne pourra plus partir, vous tromper, car les seules activités sexué qu'il peut faire c'est avec vous !! Vous donner du plaisir avec sa langue et ses doigts !! 

     

    Relativement Irréversible 

    Alors sur le temps .... Sa lui serra très difficile de réapprendre à se contrôler et reprendre confiance en lui ...
    Tout ceux que je connais qui ont subi cette technique n'ont quasi plus été vraiment performant comme avant ... 

    Oui certain, mais il leur a fallu bien du temps et patience car le cerveau est très complexe une fois qu'il a enregistrer excitation=éjaculation en moins de 1 seconde c'est très dur de lui refaire faire l’inverse. 

    Surtout que l'éjaculation précoce rend un homme frustré et pas sûr de lui et ça, il en aura honte quand il se rendra compte que des qu'il va vouloir avoir un rapport sexuel, qu'il a déjà éjaculé avant la pénétration ou en s'immiscent dedans ...
    Il ne pourra plus faire jouir une femme avec son pénis ...
    Cercle vicieux, car à chaque fois ce sera sa hantise, plus il va y penser, plus ça arrivera vite...  il aura même des troubles de l'érection, voir pas d'érection grâce au blocage psychologique ...
    Et si il y arrive sa sera une éjaculation spontanée des qu'il sera excité en moins de 2 secondes ...
    C'est  le problème.de l'éjaculation précoce ( le cerveau ne sait pas où plus contrôler l'excitation /éjaculation )
    Comme des codes que le cerveau enregistre, et comme ces des codes sont très agréable "la jouissances" le cerveau s'en dop et refuse de s'en priver ... C'est de l'ordre du réflexe de Pavlov (un vrai dressage du bon chien chien - Réactions involontaires et mécaniques, qui sont le résultat de pratiques régulières et systématiques.)

    Donc plus facile de devenir éjaculateur précoce que de plus l'être ....
    Si vous faite cette technique sur votre mari, il sera condamné pendant longtemps à vous faire jouir avec sa langue ou ses doigts ou un gode car sa sera pas avec son pénis, ca c'est sur .... 

    Par contre continuez les périodes de séances de branlette en moins de 10 secondes régulièrement pour maintenir la précocité en place. 


    3 commentaires
  • Un contrat c'est bien, car cela met au clair beaucoup de points dès le début en permettant de ne pas être surpris par des situations que l'on envisage pas au début d'un nouveau mode de vie.

    Il ne s'agit pas là d'un contrat de soumission ou d'esclavage, mais bien d'un contrat de cocufiant allant au delà du candaulisme mais ne faisant pas forcément du mari un soumis, mais avant tout un cocu consentant. C'est plutôt un guide de mode de vie, abordant plusieurs points généraux et pouvant être aménagé suivant le couple.

    S'il est des points importants oubliés ou à developper dans cet état d'esprit , merci de me les mettre en commentaires.

     

    Contrat de cocu

     

     

    - La Femme se réserve le droit d’entretenir des relations extra-conjugales.

    - Le choix d’un ou de plusieurs partenaires est de la seule responsabilité de la Femme.

     

    - Le choix du partenaire pourra se faire dans l'entourage familiale ou amical du cocu avec son accord.

     

    - Le cocu devra préparer sa Femme afin qu'elle soit le plus désirable possible pour rencontrer son ou ses amant(s). 


    - Tous les détails de cette relation extra-conjugale doivent impérativement être connus par le cocu pour qu'il en jouisse et s'en frustre.

     

    - La Femme n’aura pas de contrainte d’horaire ou de temps pour voir son ou ses amants.

     

    - Le cocu pourra assister au ébats de la Femme et son Amant, si la Femme l’y autorise

    - Le cocu devra faire les tâches assignées par sa Femme durant sa relation extra-conjugale.

     

    - La Femme contrôle la sexualité du cocu en totalité.

     

    - Le cocu ne pourra plus exiger de rapport sexuel avec sa Femme.

     

    - La Femme peut interdire au cocu d'avoir des rapports sexuels avec quiconque.

     

    - La Femme dispose du corps du cocu comme bon lui semble pour lui faire des cunnilingus et anilingus de nettoiement ou de préparation et toutes autres perversions maintenant son statut de cocu.

    - Le cocu ne pourra plus jouir sans la permission de sa Femme.

     

    - Le cocu ne pourra plus visionner de stimulation pornographique sans l’autorisation de sa Femme et le contrôle du contenu.

     

    - La Femme dans l'intimité pourra faire subir tout changement au cocu dans son comportement et dans son apparence (Féminisation - soumission - punition)

     

    - La Femme pourra poser une cage de chasteté à son cocu si bon lui semble

     

     - Le port d’une cage de chasteté impose une évacuation du sperme du cocu 2 fois par mois au minimum pour des questions de santé – la Femme décide seule de la manière (Masturbation, Milking, foot job etc.)

     

     - Le cocu est contraint de boire et lécher tous les fluides issus de l’union de sa Femme et de l’amant au bon vouloir de celle-ci.


    - Le cocu pourra être autorisé à avoir des relations homosexuelles avec l’amant selon le bon vouloir de la Femme.

     

     - le cocu ne peut refuser la préparation de l’amant par fellation et l’enculage par l’amant si bon semble à sa Femme.

     

     - La Femme pourra faire pratiquer la vasectomie ou la castration chimique ou chirurgical partielle ou totale qu'avec le consentement du cocu.


    - Le nettoyage de la Femme et de ses sous-vêtement après une relation extra-conjugale est de la responsabilité du cocu et sera accompli de la manière décidée par la Femme.

     

    - Hors intimité et en public, le statut du cocu est celui d’un homme discrètement soumis et attentionné, il ne pourra s’opposé à toute velléité de drague publique de sa Femme pour trouver un amant, ou de présence de l’amant, tant que ces actions ne mettent pas directement en danger sa réputation. (Sauf décisions conjointe contraire)

    - La connaissance de leur style de vie par des tiers, famille, amis est réalisé d’un commun accord

    - Le cocu s'occupera de toutes les tâches ménagères pour soulager sa Femme et la rendre plus disponible pour son plaisir.

     

     - Le cocu pourra être amené à payer tous les frais vêtements, accessoires, hôtel qu’exige la relation de sa Femme et de son amant

     

    - Le cocu ne pourra imposer de protection dans les rapports de sa Femme et de son amant après une présentation de certificat VIH négatif de l’amant.

     

    - Le cocu assume le risque de voir sa Femme tomber enceinte et devra assumer la prise en charge et la reconnaissance des enfants issus de cette union.

    - La durée du contrat est au préalable d’un an, puis de sept ans, tacitement renouvelable, il ne peut être rompu que par la Femme ou d’un commun accord.

     

    Le cocu                                                                                  La femme adultère


    10 commentaires
  • par Jean-Pierre 40 ans

     

    Je m'appelle Jean-Pierre et j'ai 40 ans. Marié avec Sophie 36 ans depuis 15ans, nous avons 2 enfants. Je suis l'un de ces'"cadres supérieurs'" qui délaissent un peu trop leur femme au profit de leur travail. Sophie n'a jamais travaillé, élégante et désirable elle a toujours été sensible à la beauté des hommes. 

    Notre existence fut "plate et paisible" jusqu'à ce jour de juin 1999 où j'ai appris qu'elle me trompait. Ma femme fantasmant en secret depuis longtemps sur une relation extraconjugale, le hasard l'a fait rencontrer un homme noir de 37 ans, très beau paraît-il. L'attirance fut immédiate et elle a découvert rapidement que cet amant lui accordait des plaisirs merveilleux qu'elle n'avait jamais connus auparavant. J'ai eu droit à des comparaisons, je la cite. Au "petit sexe" du mari, le plus souvent "non disponible et non inventif à la baise", la laissant insatisfaite, a succédé un amant au pénis corpulent, "7 cm plus long et diamètre en conséquence", inventif quant aux jeux de l'amour !

    Cette situation paradoxalement m’excitait au plus haut point, je me masturbais régulièrement en imaginant ma femme dans ces autres bras, bien plus viril et bien plus entreprenant.
    Elle m'a parlé de sa surprise lors de leur première rencontre lorsque ce pénis inattendu a "jailli" de son slip qu'il lui avait laissé enlever. Ils se sont offerts tous les plaisirs et elle m'en a fourni des détails avec délectation ; ainsi cet épisode intervenu lors de leur deuxième rencontre.
    Tournant le dos à son amant après avoir retiré elle-même sa culotte, elle fut surprise, la jupe précipitamment retroussée découvrant ses fesses blanches. Elle aurait été sodomisée sans préliminaires dans cette posture. Elle lui aurait déclaré qu'après 2 ou 3 tentatives infructueuses au début du mariage, j'avais effectivement renoncé, impuissant et laissé ce passage inviolé. Cette façon de se "sentir soudainement emplie d'une telle manière" lui aurait procuré des"sensations inoubliables", en particulier elle m'a parlé de son orgasme violent où son anus"s'est aggripé" à ce pénis qui l'empalait. Quant à son amant noir, il lui aurait déclaré que l'idée de déflorer son "cul encore vierge au nez et à la barbe du mari" l'avait terriblement excité, je la cite toujours!

    Après cette découverte, nos relations ont été difficiles mais un "étrange" équilibre s'est progressivement rétabli entre nous. Elle n'a en rien interrompu ses relations extraconjugales et rencontre depuis son amant 1 à 2 fois par semaine. Elle sortait le soir et rentrait au petit matin, épuisée et assouvie. Dans le meilleur des cas, avant de sombrer dans le sommeil elle me racontait ses exploits en me masturbant lentement, s'amusant du fait que, malgré ma jalousie, il suffit de peu de temps pour que j'éjacule à longs traits entre ses doigts. Je me sentais minable et humilié mais totalement excité.

    J'ai voulu moi aussi tenter de profiter de son cul splendide mais elle se refusa à moi, arguant du fait que je ne saurais lui donner du plaisir (ni par derrière, ni par-devant, d'ailleurs, elle se refusait totalement à moi, et mis à part ces séances de masturbation nocturnes où elle se délectait de me raconter ses plaisirs je ne la touchais plus.)

    Les nuits que nous passions ensemble il arrivait qu'elle se branle sans retenue à côté de moi, je faisais semblant de dormir mais devant le peu de discrétion qu'elle manifeste dans ce cas-là, elle devait bien savoir que je l'observe et je suis sûr que ça l'excitait. Je l'ai surprise, une fois où elle me déclara "aller faire une sieste"­ après une de ses nuits de sortie d'où elle rentre crevée en train de se masturber comme une folle sur notre lit. J'étais monté sans faire de bruit afin de ne pas la déranger et j'ai entendu des soupirs. Comme la porte n'était pas bien fermée, je l'ai observée, avec une forte érection, sans toutefois oser rentrer. A plat ventre sur le lit, elle se frottait sur un oreiller qu'elle avait coincé entre ses jambes. Au moment où elle allait arriver à l'orgasme, elle a eu un geste des plus érotiques : elle s'est sucé un doigt longuement puis elle se l'est introduit dans l'anus. Ça lui a procuré un plaisir intense et elle a fait aller et venir à toute vitesse son doigt dans son cul pendant qu'elle se frottait contre l'oreiller de plus en plus vite, ses fesses dodues bougeaient en cadence. Elle a poussé un cri rauque en jouissant, puis s'est endormie comme ça, sa croupe interdite offerte à mon regard.
    Le plus étonnant c'est que je pourrais mettre fin à cette situation en la quittant, mais bien que n'étant pas du tout maso, je trouvais cela extraordinairement bandant. Il s'est développé entre nous une relation très intense et perverse: elle était très excitée par cette situation et elle savait que moi aussi, malgré des passages intenses de mauvaise humeur de ma part. Lorsqu'elle se préparait à sortir pour le rejoindre, elle passait devant moi en essayant diverses tenues des plus sexy. Elle s'est même un jour pavanée devant moi, vêtue uniquement d'un soutien-gorge qui maintenait difficilement sa lourde poitrine, cul nu avec une paire de bottes montantes, me demandant si je trouvais cette tenue excitante. Elle a vraiment une croupe splendide, majestueuse, et tout en enrageant d'être le "cocu par le beau mâle noir" je sentais mon sexe tendu à l'extrême en pensant: dans moins d'une heure elle l'aura rejoint et il va la sodomiser.

    La relation avec Sophie en devenant parfois orageuse, elle m'a déclaré avoir obtenu qu'il la prenne un jour "sous mon nez" afin de m'exposer le plaisir qu'il lui procurait. Son amant était paraît-il très excité à cette idée. Aussi surprenant que cela puisse paraître, le désir de les voir ainsi m'excita plus que l'humiliation cuisante d'un cocuage aussi magistral. Les enfants étant partis en vacances, quelques semaines plus tard, elle m'annonça un jour avec un grand sourire "c'est pour ce soir". J'aurais pu faire une colère terrible, m'en aller. Je suis resté la gorge sèche, attendant avec impatience la soirée. Lorsqu'il a sonné, je suis resté dans le salon à attendre. Il est arrivé, assez à l'aise et m'ignorant le plus possible. Elle l'a accueilli en l'embrassant tendrement, ce qui m'a fait un curieux effet.
    Ils ont bu un verre, en discutant de choses anodines, mais en se dévorant des yeux. Elle avait mis une tenue hyper sexy, porte-jarretelles, bas noirs à coutures, jupe moulante et un pull noir super ajusté qui moulait ses gros seins. Curieusement, malgré l'extrême perversité de la situation j'étais heureux de cet érotisme très particulier que m'offrait Sophie. Tout en parlant avec lui, elle lui effleurait l'entrejambe très souvent, me regardant de temps en temps avec une espèce de fierté et de complicité, d'une certaine manière. Ils étaient assis sur un canapé, et moi en face. 

    N'y tenant plus, il l'embrassa à pleine bouche et se mit à lui caresser la poitrine. Très vite, elle se pencha et lui ouvrit la braguette, dégageant un pénis impressionnant. Elle le masturba un moment, puis entreprit de le sucer avec application. Il souleva sa jupe et commença à lui caresser les fesses. Elle en tremblait de joie. Ils s'arrêtèrent un instant, le temps de lui ôter son pull, sa jupe et sa culotte. Elle était magnifique, en soutien-gorge et en bas'. Il se déshabilla à son tour, puis lui abaissa au maximum les bretelles de son soutien-gorge pour faire sortir ses seins. Elle se coucha sur le ventre et lui dit: "Caresse-moi le dos" elle ondulait tandis qu'il la massait habilement. Il s'attardait beaucoup sur les rondeurs de ses fesses. Puis, je vis son doigt s'immiscer dans son anus. Elle tendit sa tête en avant et cria: "Ah! C'est bon, vas-y, fouille-moi le cul, j'aime ça" "amène-moi dans votre chambre" lui répondit-il, je veux te baiser dans ton lit. 

    Ils avancèrent en titubant de désir vers notre chambre. Elle se rua sur le lit. "Et ton mari, où va-t-il?" Elle me regarda un instant, fixant avec ironie mon sexe tendu à l'extrême (je m'étais également déshabillé) et dit avec suavité: "Il peut se mettre au pied du lit. Comme ça il verra tout, et entendra tout". J'obéissais', comme hypnotisé. Il se coucha sur le dos et elle s'empala doucement sur lui, avec un râle de bonheur. Elle se trémoussait sur sa hampe, ses gros seins ballottant au rythme de leur copulation, en poussant des gémissements. Elle se conduisait comme une salope intégrale. Je me masturbais en les regardant, je savais que c'était pervers et ça m'excitait totalement. Il la sodomisa avec un doigt et commença un profond mouvement de va-et-vient dans son cul offert pendant qu'elle se tordait de plaisir. Quand il suça en même temps le bout de ses seins, elle jouit intensément, ses fesses recouvertes de chair de poule sous l'intensité de l'orgasme. Je n'ai pas résisté et j'ai éjaculé à longs traits dans ma main. Il la repoussa et la mit sur le ventre. Il n'avait pas encore joui et son sexe était vraiment gros. Pour la première fois il m'adressa la parole: "Regarde bien comme ta femme aime quand on l'encule" "Aujourd'hui tu es très gros lui dit-elle, il faudrait me préparer" "Tu veux que ton mari te prépare?"Demanda-t-il avec une certaine malice. "Oh oui, quelle bonne idée mon chéri!"

    Puis, se tournant vers moi elle me dit suavement: "viens-me lécher, comme ça il pourra mieux me sodomiser." Il se positionna face à elle et elle le prit dans sa bouche, me tournant le dos. Je m¹'approchai doucement et, tremblant de désir, mon érection étant totalement revenue, je commençais à lui lécher l'anus. Elle était trempée de son premier orgasme. Je commençais d'abord doucement, puis, me prenant au jeu j'enfonçai ma langue dans son oeillet en malaxant ses fesses que je n'avais pas touchées depuis des semaines. 

    Elle se tordait de plaisir, suçant avec frénésie le sexe de son amant. Lorsque je voulus lui toucher le clitoris, elle repoussa ma main et ce sont ses doigts à elle qui vinrent masser son bourgeon d'amour. De dépit je précisai ma caresse, enfonçant ma langue à fond pour la première fois dans ses fesses. 

    Elle ouvrit la bouche, lâchant la hampe de son amant et cria: "Ah! Je jouis! Je jouis!" Quand elle reprit son souffle il se dégagea et dit: "Ca suffit, je vais venir dans ton cul. Sophie me repoussa et me fit signe de m'écarter. Si je pensais participer, c'était raté. Je n'avais eu le plaisir de lui lécher le cul que pour agrémenter leurs jeux érotiques. Le plus dingue était à venir: elle me dit: "Ce qui serait excitant, ce serait que tu aies les mains liées, comme ça tu ne pourrais pas te toucher" Et moi, je me laissais faire. Elle me lia (avec douceur et sans me serrer, il est vrai) les mains derrière le dos avec un foulard et posa devant moi un oreiller ("si tu veux te frotter, mon chéri") 

    Puis elle s'allongea sur le ventre, lui présentant les fesses. Tétanisé, le sexe dur comme de la pierre je regardais son sexe s'approcher de l'anus de Sophie, qui écartait ses deux fesses pour se préparer à l'intromission. Elle haletait, comme une femelle en chaleur. Il posa son gland à l'entrée de son oeillet et poussa. Son gland fut comme aspiré et Sophie se mit à gémir d¹une manière dingue. Je ne l'avais jamais vue comme ça. A chaque coup de reins qu'il donnait, elle répondait en tendant ses fesses en arrière, jusqu'à ce qu'il soit enfoncé dans ses reins jusqu'à la garde. Parfois il ressortait presque entièrement, puis je voyais sa hampe disparaître dans la croupe de Sophie. Il s'arrêta et lui demanda: "ça t'excite de faire ça devant ton mari? " Elle tremblait, tentant de reprendre son souffle, puis elle dit: "oui, oui, ça m'excite que tu me sodomises devant lui, que tu me fasses jouir devant lui" Au fur et à mesure qu'elle parlait, il commença un profond mouvement de va-et-vient dans son cul, qu'il accéléra bientôt. Il prit ses fesses à pleines mains et les malaxa. "Je vais jouir, je vais gicler dans ton gros cul magnifique" cria-t-il, puis il poussa un râle formidable et éjacula dans son fondement pendant qu'elle criai: "Je te sens, c'est chaud dans mon cul, je jouis, aaaah.". J'ai arrosé, inondé de sperme le petit oreiller sans même me toucher.
    Pendant quelques temps nous avons repris notre vie bizarre. Elle sortait le soir de temps en temps et en revenant elle me branlait en me racontant. Puis un soir elle m'a pris dans ses bras et elle m'a dit "Je suis à toi, pour toujours." Nous avons fait l'amour comme des dingues, elle ne m'a rien refusé, j'ai goûté à chaque parcelle de son corps­ et nous vivons comme de jeunes amoureux. Nous n'avons plus parlé de son "coup de folie".


    votre commentaire
  • Il y a les bruits de l'amour sexy : les "ahh" lascifs, les "oui" annonciateurs d'orgasme, les grincements de lit au rythme effréné de nos ébats. Et puis il y a les bruits plus gênants : la succion entre vos ventres transpirants, certes, mais aussi le redouté pet vaginal. Cet insolent "frout" (contraction habile entre foufoune et prout) qui fait honte et qu'on aimerait vraiment éviter. Mais à quoi bon ?

     

    Anatomie du pet de chatte

    Certains hommes n'ont jamais entendu un pet de chatte. Certaines femmes n'en ont jamais fait. D'autres en font (comme beaucoup d'autres), mais sont mortes de honte à chaque fois. 

    Et pour cause il est souvent la preuve d'une différence anormal entre la cavité vaginale et ce qui la pénètre, le vagin n'est pas assez compressé et l'air s'insinue entre les parois du vagin et le petit pénis. Que l'on se rassure, le pet vaginal n'a de point commun avec son homologue anal que son manque de discrétion. Ici, pas de trouble digestif ni d'odeur nauséabonde. Juste de l'air, rien que de l'air. 

    Plus précisément, cet appel d'air survient quand les parois du vagin ne sont pas assez tendues, n'entourent plus assez étroitement le pénis et, logiquement, laissent entrer de l'air. 

     

    Ça peut arriver par exemple, parce que votre vagin est trop vaste, il a connu de fort gros pénis et là est contact avec le plus petit de votre collection, ou juste après l'orgasme vaginal féminin(faut-il encore l’avoir atteint avec un petit pénis), quand le vagin relâche la pression. Après un accouchement classique bien sur, il faudra reconstruire une paroi vaginal plus ferme en vous remusclant le périnée.

     

    On peut on conclure mesdames que les messieurs bien pourvu ne vous pompent pas l’air et au delà du ressenti d’une bonne pression, qui vous mènera à l’orgasme, il vous empli comme il faut sans bruit connexe.

    Nous parlons ici de largeur et non de longueur, la nature nous à prévu un diamètre minimal nous pénétrant de 3,5 cm soit une circonférence minimal de 11cm ; mini mâles c’est le cas des hommes en dessous. (Petite fable qui nous montre que pour la satisfaction la longueur n’a pas trop d’importance mais la largeur oui, tout est là !)

     

    Alors Messieurs les cocus attendez vous à provoquer des frouts pour votre Maîtresse qui va sera de plus en plus en usage de plus gros. (Ils sonneront votre incapacité) 

    Alors Mesdames les insatisfaites ne vous étonnez en rien qu’il vous pompe l’air en faisant semblant de s’agiter en vous. (Allez-voir plus assorti)


    votre commentaire
  • Eric Stanton , le Maître de la domination féminine illustrée, c'est les années 50 60 et 70 avec une maitrise du trait intéressant et qui évolue beaucoup, un univers immense énormément de comic books sur tous les aspects de la domination, les transgenres et beaucoup de dessin sur notre sujet.

    Par contre le sujet "cuckold" est peu abordé dans son œuvre.

    Eric Stanton (1926–1999) est né à Brooklyn et a servi dans la marine américaine pendant la Seconde Guerre mondiale.

    En 1948, il a commencé à dessiner le feuilleton «Fighting Girl» pour le célèbre Irving Klaw et a passé les 50 années suivantes à créer des illustrations fétichistes, des séries et des couvertures de livres à la plume et à l’encre, à l’aquarelle, à la gouache et en techniques mixtes sur des sujets comme la domination féminine, le bondage, l’étouffement et des thèmes transgenres. Il les réalisait sur commande de clients privés.

    Il a également partagé un atelier avec la légende de la BD Steve Ditko, avec lequel il s’entendait à merveille, et a contribué à la naissance de Spiderman. 

    Eric STANTON

     

     

      

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires